Selon une étude, la consommation de cannabis pendant la grossesse augmente le risque d’agressivité et d’anxiété chez les enfants

Les femmes qui consomment du cannabis lorsqu’elles sont enceintes présentent plus de risque de prédisposer leur enfant au stress et à l’anxiété, révèle une nouvelle étude. Une petite étude a montré comment la consommation de cannabis peut affecter le placenta et peut être liée à des niveaux plus élevés d’anxiété, d’agressivité et d’hyperactivité chez les enfants.

Des chercheurs américains ont examiné 322 paires mère-enfant basées à New York qui faisaient partie d’un projet de recherche plus large sur le stress pendant la grossesse. Lorsque les enfants avaient entre 3 et 6 ans, les niveaux d’hormones ont été mesurés à partir d’échantillons de cheveux, des enregistrements d’électrocardiogrammes ont été utilisés pour mesurer la fonction cardiaque et le fonctionnement comportemental et émotionnel a été évalué sur la base d’enquêtes parentales.

L’équipe d’étude a également examiné le tissu placentaire prélevé au moment de la naissance pour certains des participants.

Lorsqu’elles sont enceintes, les femmes doivent faire particulièrement attention à ce qu’elles consomment pour s’assurer de la bonne santé de leur futur enfant. Au-delà des recommandations en matière d’alimentation, il faut donc faire attention aux médicaments que l’on prend et proscrire toute consommation d’alcool ou drogue.

Mais malgré ces recommandations, une femme sur cinq aux États-Unis continue à fumer du cannabis pendant sa grossesse, notamment pour soulager les nausées ou diminuer le stress et l’anxiété. Mais cette consommation n’est pas sans risque pour leur futur enfant.

Dr Daghni Rajasingam

« Cette nouvelle étude soutient un nombre croissant de preuves que fumer du cannabis pendant la grossesse est associé à des résultats indésirables pour les femmes et leurs enfants », a déclaré le Dr Daghni Rajasingam, obstétricien consultant et porte-parole du Royal College of Obstetricians and Gynecologists au Royaume-Uni. le Science Media Center de Londres.

« Nous savons, grâce à des études antérieures, que la consommation de cannabis pendant la grossesse est liée à une altération du développement cérébral du fœtus, à une mortinatalité, à un faible poids à la naissance et à une naissance prématurée. Cette nouvelle preuve s’ajoute à ces problèmes de sécurité existants, suggérant que la consommation de cannabis pendant la grossesse pourrait conduire à une anxiété, une agressivité, une hyperactivité et des niveaux de cortisol, l’hormone du stress plus élevés chez les enfants », a-t-elle déclaré.

« Il n’y a qu’un petit échantillon de femmes et d’enfants utilisés dans cette étude, et nous aimerions voir plus de recherches effectuées dans ce domaine. »

Laisser un commentaire